Lafous des grands jours

Apparemment le chiffre 13 porte malheur. Mais nous, au Sub24, on est pas convaincu. Car on était 13 au départ de Jacou et on s’est drôlement bien amusé quand même! C’est peut-être parce que Zuzanna nous a rejoint sur place… Mais comme elle est arrivée tard et qu’il faisait déjà nuit, on a pas de photos d’elle. Heureusement, j’ai mis une de ses chansons comme bande-son du super-montage-de-la-mort-qui-tue en bas de ce billet. Mais vous avez pas le droit d’aller voir ça tout de suite. Il faut tout lire d’abord. Si si.

Petite revue d’effectifs avant tout. Nous avions:

  • Erick le bédoin

20150627_145700_HDR

  • Franck et Coco, en entrainement Canal du Midi

20150627_180706_HDR

  • Jody, qui passe quand même beaucoup de temps couché

20150627_180753_HDR

  • Hugo, qui se la pète un peu

20150627_180801_HDR

  • Denis, qui nous a quitté à 4h du mat’ pour aller bosser et qui gagne donc la palme du campeur le plus chic de l’histoire du Sub24

20150627_205406_HDR

  • Marie, qui suivait le blog depuis sa création mais qui n’était encore jamais venue (qu’est-ce-qui t’as pris aussi longtemps??!?)

20150627_182352

  • Etienne et Charles, qui s’étaient croisés lors d’un événement Solidream

20150627_180415

  • Arantxa, qui est jolie même quand elle est floue

20150627_180713_HDR

  • Julie la coureuse de fond et Jorge qui prétend qu’on prononce tous mal son nom

DSCN0999

  • Re-Julie qui s’incruste dans toutes les photos et Jotas qui vous engueule si vous prononcez mal Chorizo

20150627_180724_HDR

Une belle bande donc. Il faisait chaud, environ 35°, donc on y va tout molo et on fait des pauses fréquentes pour s’hydrater. Erick nous fait découvrir son astuce pour éviter la route désagréable en sortant de Teyran en empruntant un DFCI pittoresque et casse-gueule. On est fan!

Sur la fin de parcours, les organismes commencent à fatiguer mais heureusement c’est à ce moment que les vues magiques sur le Pic St Loup et l’Hortus à partir de Vacquières apparaissent devant nous, ce qui donne toujours un peu de tonus! Arrivé à Lauret, on fait une dernière pause pour remplir les bouteilles et les enfants du village avaient gentiment prévus un spectacle pour nous. Hein? C’était pas pour nous? Vous êtes sur?

La petite côte qui sort de Lauret fait exploser le peloton qui, comme l’an dernier, peste contre ces foutus organisateurs qui vous font monter des côtes. Scandaleux.

Une fois au bivouac, on monte les tentes (pour ceux qui en ont pris), et sachant que la source au moulin est quasi à sec, on commence à s’installer pour manger. Sauf qu’Erick, il est opportuniste. Il va quand même vérifier et remontant juste au dessus du moulin, il trouve quelques bassins à l’eau hyper claire (et fraîche!) pour se tremper. Il revient donc en courant et en gesticulant pour nous prévenir et s’ensuit une joyeuse session baignade qui fait du bien après la canicule!

Puis Zuzanna nous rejoint et on passe une joyeuse soirée à se goinfrer et à descendre un certain nombre de bouteilles de vin d’origines diverses, ainsi que du rhum arrangé, sans oublier qu’on a eu l’honneur de déguster la 7ème meilleure tortilla du concours international de Montpellier. Bravo Jorge, ton nom est compliqué à prononcer mais tu cuisines bien!

Après une nuit extrêmement douce, on se remet en route sans Denis donc qui nous a quitté discrètement à 4h du matin direction le taf. Respect Denis!

A Sauteyrargues, Hugo et Charles bifurquent pour rejoindre Aigues-Vives. Et comme Charles il commence un peu à connaitre la région (merci Jean-Pierre), ils font une halte à Lecques au bord du Vidourle où ils prennent une photo de ouf que vous découvrirez dans le super-montage-de-la-mort-qui-tue en bas de ce billet. Vous y êtes presque…

Le reste du groupe, selon mes sources internes, est bien arrivé mais bon j’imagine que dés lors que j’étais plus là, ils ont quand même dû beaucoup moins s’amuser. Sauf si Erick vous dit le contraire…

Bon alors ça y est, vous êtes prêts pour le super-montage-de-la-mort-qui-tue en bas de ce billet? Allez, c’est cadeau!

Sub24 June 15 from Charles Dassonville on Vimeo.

Publicités
Cet article a été publié dans Rapport de sortie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.