Fable de Noël

Il était une fois un organisateur de Sub24 qui, entre 2 tweets incendiaires #JeSuisUnDesDeux, se demandait quand organiser la prochaine sortie.

« Evidemment, pas juste avant Noël », lui souffla la raison dans l’oreille. La plupart des gens seront absents ou occupés.

Mais de quelle raison s’agissait-il? De celle qui veut que le plus grand nombre possible de gens viennent au Sub24? Cela est-il vraiment nécessaire? Mais au fait Daniel Frayssinet, qu’est-ce-que la raison?

Une raison parallèle lui souffla dans l’autre oreille: « Ton cousin anglais, amateur de plein air, sera dans le coin autour de Noël. »

C’est ainsi qu’un quatuor composé du cousin Hugo en question, du tweeteur/organisateur #JeSuisUnDesDeux, de Christophe le régulier un peu épuisé en cette fin d’année et de Jo l’Anglo-Canado-Gaillacoise se retrouva devant le stade de rugby pour une sortie de Noël vers les terres aussi rouges que le Père Noël du lac du Salagou.

IMG_20181222_130125

Sur leur route, ils furent confrontés à de nombreuses épreuves: les remarques sarcastiques de Charles, le vent de face, le mur de la rue de Fontainebleau à Clermont-l’Hérault sans oublier cette douceur insupportable pour un mois de décembre. Courageux, ils surent appréhender chacune de ces épreuves avec courage et ténacité.

Mur

Ils furent récompensés quand ils arrivèrent à leur destination, où ils établirent un camp de base et commencèrent à consommer leurs victuailles, enfin à l’abri de tout danger. Jo brava même l’eau froide et fut ainsi la plus propre des quatre aventuriers.

IMG_20181222_215046

IMG_20181223_081652

IMG_20181222_164441

Malgré la pleine lune, point de loup garou dans ce havre de paix. Le 25 décembre approchant, l’esprit de partage et de cadeaux était présent. Ainsi, une sangle pour bikepacking, un bonnet, un livre emprunt de sarcasme et une pochette à smartphone en chambre à air de vélo changèrent de main la nuit tombée. Puis, leurs gosiers bien remplies, ils allèrent se réfugier dans les bras d’Orphée.

Le matin venu, Charles, dans sa tente orange, profite du confort de son sac de couchage. Puis le diable, sous la forme de notifications de smartphone, attira son attention, et Charles se trouva sous l’emprise de cet être maléfique.

Mais les forces du bien veillaient. L’Aurorologue, maligne comme tout, utilisa l’objet maléfique du diable pour ramener Charles à la raison. « Sors de ta tente, lui écrivît-elle en ligne. Le bonheur, c’est la beauté. Et la beauté n’est pas ici sur ton engin numérique, mais dehors, où se pavane l’aurore ».

IMG_20181223_081201

IMG_20181223_081816

IMG_20181223_082027

Le cœur léger, les aventuriers se remirent bientôt en route, après tout il parait que des monstres se cachent finalement dans ces eaux calmes du Salagou.

Plus rien ne les arrête. Ils gravirent les lacets avec une vélocité exemplaire.

IMG_20181223_101828

Ils consommèrent les cafés-croissants avec une facilité déconcertante.

IMG_20181223_112210

Et ils narguèrent le diable sur son propre pont.

IMG_20181223_221630

Arrivés à un embranchement, Jo et Christophe décident de prendre à droite vers un repos Montpelliérain bien mérité.

Charles et Hugo, eux, se dirigent vers l’antre familiale plus à l’est. Direction: la contrée du Gard et la communauté d’Aigues-Vives. Faute de loup garou, nous avons au moins eu droit au Pic-St-Loup.

IMG_20181223_130436

Au détour d’une fontaine où il s’abreuvaient, Charles et Hugo sont rejoints par deux membres de leur tribu venus à leur rencontre. Le périple s’achève donc de nouveau à quatre sous un soleil et une température indécente.

IMG_20181223_141354

Arrivés à bon port, un festin de l’avent les attend et ils vécurent heureux, pour toujours, et firent plein de petits Sub24.

IMG_20181226_163906

FIN

Pour de nouvelles aventures, rendez-vous les 26 et 27 janvier.

Publicités
Publié dans Rapport de sortie